Norauto : une entreprise "handi-accueillante"

,
publié le 26 juillet 2008
En plus de la signature d’une convention avec l’Agefiph et d’un accord pour trois ans avec ses partenaires sociaux, Norauto a créé, en 2004, sa Mission Handicap. Mission dont est responsable Caroline Hibon. Explications.

En plus de la signature d’une convention avec l’Agefiph et d’un accord pour trois ans avec ses partenaires sociaux, Norauto a créé, en 2004, sa Mission Handicap. Mission dont est responsable Caroline Hibon. Explications.

 

 
Quelles actions avez-vous mené depuis la création de la Mission Handicap Norauto ?
 
La première étape a été de sensibiliser nos managers à l’emploi de collaborateurs handicapés. J’ai donc fait le tour des centres pour leur présenter la mission et les informer sur le handicap. Le recrutement étant décentralisé chez Norauto, mon rôle est d’accompagner les managers dans l’intégration de personnes handicapées.
 
 
 
Cette première campagne de communication a-t-elle été fructueuse ?
 
Oui, car elle a permis de faire tomber les barrières liées au handicap. En deux ans, nous avons embauché une quarantaine de personnes handicapées. Pour continuer dans notre démarche, nous communiquons en permanence en interne auprès de nos 5 000 collaborateurs. Une troupe de théâtre présentant des saynètes humoristiques sur l’emploi des personnes handicapées est par exemple intervenue auprès de l’ensemble de nos directeurs de centre et responsables de service. De plus, des articles liés à ce sujet paraissent régulièrement dans notre journal interne.
 
 
 
Avez-vous ensuite communiqué en externe ?
 
En effet, après avoir informé nos collaborateurs, nous avons lancé une campagne de communication externe à l’échelle nationale. Il était temps de se faire connaître auprès des candidats comme une entreprise « handi-accueillante ». En affichant clairement notre politique de recrutement, les candidats n’hésitent plus à mentionner leur handicap dans leur candidature.
 
 
 
Pour quels postes recrutez-vous le plus ?
 
Tous nos postes, que ce soit en centre ou dans les services centraux, sont ouverts aux personnes handicapées. Cependant, nous recrutons principalement sur les postes de vendeur, hôte de caisse et opérateur service rapide. Cela peut paraître surprenant compte tenu des contraintes physiques, mais ce sont des opérateurs service rapide que nous recrutons le plus. Nous avons par exemple intégré une dizaine de malentendants sur ce poste dans différentes régions. A chaque fois, un interprète en langue des signes est intervenu pour faciliter leur intégration et la communication avec l’équipe.
 
 
 
Menez-vous des actions spécifiques pour recruter ?
 
Toute l’année, nous organisons des tables rondes en centre, réunissant les différents partenaires locaux spécialisés et nous participons aux forums de recrutement. Par ailleurs, nous avons mis en place cette année une action de formation au poste d’opérateur service rapide au sein de notre atelier école, destinée aux demandeurs d’emploi handicapés. Pour cela, nous avons travaillé avec le Cap emploi et l’ANPE. Quatre candidats ont intégré la formation de trois semaines en alternance. A la clé : un CDD de six mois. Suite à cette réussite et pour faire face au manque de qualification des personnes handicapées, nous souhaitons à l‘avenir développer ce type d’actions.
 
 
 
Quels conseils donneriez-vous à une personne souhaitant rejoindre Norauto ?
 
Le processus de recrutement est identique pour tous les candidats. Il n’y a pas de poste « réservé » chez Norauto. Seule la compétence fait la différence. Pour en savoir plus sur nos métiers et postuler, connectez-vous sur notre site Internet.
 
 
 
 
Propos recueillis par Marion Bec