« Nous recruterons 120 personnes handicapées en France »,

,
publié le 15 juillet 2008
Caroline De Andrade, chargée de l’emploi au sein de la Mission Intégration Personnes Handicapées, groupe Accor

Caroline De Andrade, chargée de l’emploi au sein de la Mission Intégration Personnes Handicapées, groupe Accor

 

 

En 2005, le spécialiste de l’hôtellerie et des services a signé un accord de groupe pour l’intégration et le maintien dans l’emploi des personnes handicapées. Le slogan de la mission : Accor rassemble tous les talents… absolument tous ! Caroline De Andrade, chargée de l’emploi au sein de la Mission Intégration Personnes Handicapées, nous explique comment se concrétise ce programme.
 
 
Quel est le plan d’action du groupe Accor ?
 
 Nous avons une politique volontariste où chaque acteur est foncièrement engagé pour faire du handicap un sujet majeur. Le groupe se bat vraiment pour donner sa chance à tout le monde. Concrètement, nous avons mis en place un plan d’embauche sur trois ans : nous prévoyons de recruter 120 personnes en France (dans les établissements filiales de plus de 20 salariés). Le maintien dans l’emploi, la détection des risques et la sensibilisation font également partie de nos priorités. Et puis, nous avons aussi un plan tourné vers le secteur protégé.
 
Pouvez-vous nous en dire plus sur le secteur protégé ?
 
Ce sont les entreprises adaptées et les ESAT. Une grande majorité de leurs effectifs sont des travailleurs handicapés. En privilégiant des contrats de sous-traitance avec le secteur protégé, nous participons à l’embauche indirecte de travailleurs handicapés. Nous faisons appel à ces prestataires de services pour les espaces verts, par exemple, ou encore pour l’impression et le recyclage informatique.
 
Et au sein même du groupe, quels types de poste sont proposés ?
 
La répartition des travailleurs handicapés est assez homogène et équilibrée. Nous offrons une grande diversité de métiers : hôtellerie, postes administratifs, cuisine (commis, chef de partie…), téléconseillers, commerciaux, réceptionnistes… Nous recevons au moins trois ou quatre CV par jour, mais tous ne correspondent pas forcément à nos métiers. Rien ne sert de postuler à un poste de réceptionniste, qui passe 80 % de son temps debout, si on a une contre-indication à la station debout, par contre on pourra être agent de réservation. Il faut trouver la bonne adéquation entre les postes et les profils. Une des difficultés reste que très peu de candidats parlent anglais, c’est donc une qualité très recherchée…
 
Avez-vous mis en place un processus de recrutement particulier ?
 
Nous avons créé une banque de CV vidéo pour sensibiliser les recruteurs au handicap et faire tomber les préjugés et les tabous. Les personnes à mobilité réduite représentent à peine 1 % des candidatures. 99 % ont des handicaps non visibles : malentendant, incapacité à rester debout, diabète… Les courtes vidéos réalisées pendant l’entretien sont ensuite stockées sur une vidéothèque de CV accessible depuis le site intranet dédié à la mission.
 
Accor a remporté le Trophée de l’APAJH l’année dernière…
 
Effectivement, nous avons été lauréat dans la catégorie « Insertion professionnelle ». Notre formation diplômante interne en alternance « Agent polyvalent de restauration » est accessible aux jeunes handicapés des IME et IMPRO sans qualification. Chaque jeune doit d’abord passer deux semaines en entreprise afin d’évaluer s’il est prêt ou non à intégrer le programme. En partenariat avec l’Afpa de Stains (93), nous formons entre huit et onze élèves chaque année, depuis 2002. Nous sommes en train de développer ce même type d’action avec l’éducation nationale. Un CAP aux métiers de la cuisine sera en place dès la rentrée prochaine.
 
 Existe-t-il aussi des formations accessibles aux handicapés pour les métiers de service ?
 
Une formation professionnelle « in situ » devrait débuter au mois de juin. Huit élèves seront formés aux métiers de conseiller clientèle et commercial sédentaire. Nous travaillons avec un cabinet qui effectue la présélection. Nous recherchons des candidats qui ont une sensibilité à la vente, au commerce et qui ont envie d’intégrer Accor, car la finalité de ces contrats pro en alternance est de se transformer en postes en CDI.
 
 
Propos recueillis par Magali Morel