Les jeunes recrues démissionnent de plus en plus des banques

publié le 12/07/2017
Les banques offrent de nombreuses opportunités pour les jeunes en début de carrière. En 2016, 18.000 contrats d'embauches ont été signés, dont 51,7% avec des salariés de moins de 30 ans.  Le problème ? Une enquête de l'Association Française des Banques met en évidence la hausse des départs volontaires de ce jeune public.

Les moins de 30 ans sont des profils ciblés par les banques pour occuper des postes de chargé de clientèle particuliers (70,8% des embauches), mais aussi pour des postes de chargé d'accueil (69,6% des recrutés) ou encore pour les postes de chargé de clientèle professionnels (66,5%).  

Si les banques recrutent autant, c'est pour assurer leur développement mais aussi pour remplacer les départs. Si l'arrivée à l'âge de la retraite est le premier motif (32,6% des départs), il est presque à égalité avec les démissions qui constituent 31,1% des motifs de rupture de CDI. 

Un phénomène qui peut s'expliquer par une mobilité accrue, mais aussi par des responsabilités perçues comme moins motivantes.

D’après cette étude, « plus d'un départ de cadres sur deux concerne un départ vers une autre entreprise, à l'intérieur ou non du même groupe ». Les jeunes cadres jouent donc de plus en plus avec la concurrence, et hésitent de moins en moins à changer d'entreprise pour acquérir plus vite des nouvelles responsabilités, et voir leur salaire augmenter.
 
Il s’agit là d’un nouveau défi pour les banques ! En plus de mieux satisfaire leurs clients, elles devront désormais oeuvrer pour retenir leurs jeunes employés.


Une étude de l'Association Française des banques (juin 2017) relevé par le Figaro et BFM